L’Ostéopathie


DEFINITION :

Créée en 1874 par le médecin Américain Andrew Taylor Still, l’ostéopathie est une médecine manuelle répertoriée par l’Organisme Mondial de la Santé, exercée par des praticiens diplômés, consistant à prévenir, diagnostiquer et traiter les dysfonctions de la mobilité des différentes structures du corps : ostéo-articulaire, viscérale et crânienne.

(photo de Andrew Taylor Still )

LES PRINCIPES :

– « La structure gouverne la fonction » :

A.T. Still a établi que les structures du corps et les fonctions qu’elles doivent remplir sont interdépendantes. Il utilisa les os car ils sont facilement accessibles sous la peau et qu’ils servent de point d’attache aux muscles et aux organes. D’où le terme ostéo/pathie, combinaison de mots grecs osteon(os) et pathein(souffrir) : l’utilisation des os pour soigner.

– « La vie c’est le mouvement ! »

Plus une personne vie d’une manière active (sport, vie sociale…), plus son corps est habitué à être en mouvements et aura moins de chance de déclencher une maladie. Il faut éviter la sédentarité.

– La globalité du patient :

Un individu est considéré dans son ensemble. L’ostéopathe va prendre en compte ses antécédents, son état actuel physique et psychique, sa qualité et son hygiène de vie. Il adaptera ses techniques en fonctions de ces divers éléments.

– L’auto-régulation de l’organisme :

Après une séance d’ostéopathie, on dit que le corps « s’auto-régule ». Ayant intégré toutes les informations et corrections émises par l’ostéopathe, cela peut lui prendre quelques jours voire quelques semaines, en fonction de la gravité du motif de consultation du patient.

– La règle de l’artère :

Le sang circulant dans les artères amène tous les éléments nécessaires aux cellules afin de se développer et de se défendre. Un apport abondant et complet de sang artériel doit donc être amené et délivré à toutes les parties du corps pour un organisme sain.